Guérir le PS du syndrome du pouvoir

Publié le par Michel Pineau


Et si l’on profitait du congrès du PS
pour guérir enfin notre parti du syndrome du pouvoir ?



C’est donc parti… les prémices du congrès du Parti Socialiste de novembre prochain à Reims bruissent déjà des envies et ambitions de quelques signataires et autres ralliés, premiers ou derniers, en tout état de cause, camarades qui s’estiment prêts à assumer d’éminentes responsabilités au sein des futures instances fédérales, voire nationales !

Pour être honnête, je ne suis pas foncièrement hostile à ces approches, dès lors qu’elles ne représentent pas la seule motivation de ceux qui les expriment…

Pour autant, ces aspirations doivent être clairement affichées et surtout faire référence à quelques principes qui devraient être communs à tous les socialistes : rester proche des citoyens, être le reflet de leurs préoccupations, proposer des solutions susceptibles de participer à leur épanouissement.

Or après l’échec des présidentielles, dû aux divisions de notre propre camps, et malgré les bons scores obtenus aux élections locales, nous donnons de ce point de vue une image plus que confuse. Nos  responsables, à tous les échelons, semblent en effet plus souvent animés par la concurrence qu’ils se font entre eux pour asseoir leurs potentats ou en conquérir de nouveaux… que par la volonté d’être à l’écoute des citoyens.

Ce syndrome du pouvoir, qui affecte aussi bien les candidats à la magistrature suprême que de simples aspirants aux mandats locaux les plus modestes, sclérose littéralement les rouages et le  fonctionnement du parti socialiste, empêtré  ainsi, dans des querelles partisanes et des calculs d’appareil !

Cet enfermement sur soi est préjudiciable aux valeurs d’humanisme et de solidarité que nous sommes censés défendre, puisque beaucoup de Français et notamment les jeunes, même s’ils votent encore pour nous, avouent ne  plus se reconnaître dans le parti socialiste. Pareil aveuglement nous empêche aussi, et c’est plus grave, de voir que le monde subit une gigantesque mutation imposée par un capitalisme  mondialisé, débridé, ultra-financiarisé et dont le démantèlement actuel de la société Française, déployé par Sarkozy et les siens, n’est pas le moindre des effets.

C’est ainsi que pendant que nous nous préparons à nos sempiternels jeux claniques d’avant-congrès, il n’est pas beaucoup de voix qui s’élèvent au PS pour dénoncer franchement les ravages perpétrés par la droite, ces ravages qu’elle qualifie avec beaucoup de cynisme de « réformes indispensables à la France » :  démantèlement de la protection sociale,  disparition  du code du travail , remise en cause  du système des retraites,  dissolution en cours de la fonction publique, abandon progressif des services publics(  santé, éducation,  justice , police , Armée …). Face aux dangers que représentent pour les Français, notamment les moins favorisés, tous ces abandons, nous sommes totalement dépourvus d’idées et n’opposons que la cacophonie, orchestrée par les différents leaders de courants plus préoccupés d’envisager, de prendre ou de conserver le pouvoir !

Sur le plan départemental et toute proportion gardée, les mêmes causes produisant sans doute les mêmes effets, le « Syndrome du pouvoir » y est aussi pour quelque chose !

A mon sens il n’existe qu’un seul remède approprié : faire en sorte que les ambitions personnelles s’effacent derrière la motivation collective de l’intérêt général, celle qui consiste à prêter la plus grande attention aux gens, régulièrement et pas seulement au moment des scrutins,  à leur parler simplement et leur dire la vérité en regardant le monde tel qu’il est. Si nous ne nous plions pas à cette exigence, en nous débarrassant des querelles d’appareil c’est le PS qui risque de se perdre !

Concrètement et pour ce qui concerne la fédération du Var, il est donc urgent  de mettre en place, une véritable équipe fédérale, disponible, motivée, porteuse d’un vrai projet de fonctionnement, aux responsabilités clairement identifiées et surtout dépassant tous les clivages. C’est à ce prix seulement  que nous pourrons commencer à redonner confiance aux militants aux sympathisants et à reconquérir le cœur des Varois !  C’est dans ce seul objectif  que je compte m’engager personnellement !






Michel PINEAU
Secrétaire de la section
PS de Cogolin

Publié dans Réactions

Commenter cet article