10 ans de mandat Sénéquier...

Publié le par Admin

Retrouvez dès à présent les différents sujets abordés dans La lettre des élus socialistes
et apparentés de Cogolin (N°1) distribuée dernièrement. Finances, urbanisme, environement, relations avec les associations, tout l'action de la municipalité est passée au crible par les élus de l'opposition socialiste et apparentés.

10 ans de mandat Sénéquier :
quel bilan ?

Régulièrement, depuis quatre ans, les élus de l’opposition que nous sommes tentons de faire entendre notre voix pour défendre, en Conseil Municipal, une autre conception de l’intérêt général des Cogolinois. Malheureusement, nos positions très constructives ne peuvent empêcher la réalité des choix de la majorité municipale. Pour autant, nous ne cesserons pas d’assumer nos responsabilités d’élus, approuvant quand il le faut les décisions que nous jugeons positives mais nous opposant résolument aux choix et aux projets que nous estimons contraires aux intérêts des Cogolinois ou à l’avenir de la commune.

“Depuis quatre ans, nous faisons entendre votre voix !”

C’est pourquoi nous souhaitons, par le biais de cette lettre vous informer et vous alerter sur la gestion hasardeuse et coûteuse de la municipalité en place. Voici pour nous les sujets qui fâchent :
- Quel est l’état réel des finances de Cogolin ?
- Que penser des aménagements urbanistiques envisagés ou déjà réalisés par la ville ?
- Quel bilan tirer des actions de la municipalité dans le domaine de l'environnement, de la propreté ou du désenclavement des quartiers ?
- Que dire des relations pour le moins difficiles de la Ville avec ses associations ?

Aujourd’hui, nous vous apportons quelques éléments pour mieux comprendre ce qui se passe dans notre ville et pourquoi pas vous inciter à nous rejoindre...
C’est en effet avec vous et avec vous seulement que nous pourrons envisager un autre avenir pour Cogolin !

Les élus socialistes



Retrouvez l'intégralité de la lettre dans notre rubrique image
en cliquant sur La Lettre N°1 en images

Publié dans Tracts

Commenter cet article